'

' Epilation Laser longue durée avec le Laser YAG LYRA au Cabinet Dermatologique de Boulogne sur mer , nord pas de calais 59 62


Cabinet de Dermatologie Laser et Esthétique 
33 Bld Auguste Mariette 
62200 Boulogne sur Mer 

Secrétariat téléphonique 
Tél .: 0321106650  
Demander un rendez vous pour une consultation esthétique


image

Epilation Laser longue durée avec le Laser YAG LYRA

 

Généralités

Principes du traitement

Matériel utilisé

Contre-indications

Méthode

Les suites

Complications

Autres indications

Coût

 

Généralités

L’épilation par Laser et lumière polychromatique pulsée (lampe flash) utilisée depuis les années 1990 à maintenant fait ses preuves. Efficace, plus rapide et moins douloureuse que les techniques d’épilation électrique, elle améliore toujours le confort ou ce que l’on appelle la qualité de vie des patients ; qu’ils soient simplement gênés quotidiennement par une pilosité indésirable ou souffrant de réelles pathologie telles que l’hypertrichose ou l’hirsutisme, les folliculites (inflammation des pores de la peau) liées à m’incarnation des poils, les patients, parfois aux prix de une à deux séances seulement verront l’inflammation et les kystes diminuer voire disparaître.

Le poil prend naissance au fond du follicule pileux : chaque poil est caractérisé par :

  • Sa couleur ( fonction de sa teneur en mélanine )
  • Son type qui détermine sa profondeur et son épaisseur
  • Duvet : fin et superficiel, intermédiaire et terminal : épais et profond
  • Son stade de croissance sur 5 à 18 mois suivant les parties du corps : (anagène :pousse = stade où le laser est efficace, catagène : repos, télogène : chute )
    II est intimement lié à d’autre structure cutanée et sous cutanée que le Laser doit épargner : epiderme, capillaires, glandes, muscles, nerfs graisse …
 

 

La disparition de la pilosité n’est jamais totale et définitive car le poil est sous influence hormonal ; vous allez comprendre pourquoi le sexe, l’âge, le mode de contraception, la zone traitée, induisent une variabilité des résultats entre deux zones différentes chez le même patient et au niveau d’une même zone entre deux patients différents.

 

Haut de page

 

Principes du traitement

L’énergie émise par le laser est conduite par le poil lui-même de la partie visible vers le bulbe (sous la peau) où les cellules responsables de sa croissance sont détruites ; cette destruction est possible si le poil contient du pigment qui est la cible du faisceau la laser ; ce pigment est la mélanine responsable de la couleur du poils.

 

 

Conséquences pratiques : les poils blancs ne peuvent pas être traités (pas de cible mélanique), les poils blonds ou roux sont plus difficilement traitables car il y a moins de « cible » pour le rayon lumineux. 
A l’opposé, les patients bronzés ou métissés ou noirs sont plus délicats à traiter ; en effet dans ces cas le faisceau laser rencontre en premier la mélanine de la surface de leur peau avec un risque de croûtes et de modifications de la couleur de la peau, gênantes mais transitoires. 
Les meilleurs candidats à l’épilation Laser pour la majorité des lasers et des lampes sont donc les patients à peau claire et pois foncés. 
Toutefois, avec les lasers Nd-YAG ou diodes ou avec des têtes de traitement spécifique de lampe pulsées, on arrive à obtenir de bons résultats et sans risque pour les patients à peaux mates ou noires.

 

Haut de page

 

Matériel utilisé

LASER EPILATOIRE LYRA de LASERSCOPE 
couplé / système de refroidissement COOLTIP 
fibre dermascan 5 mm, 10 mm

Haut de page

 

Contre-indications

  • grossesse
  • exposition solaire
  • prise de médicament photosensibilisant
  • prise de béta carotène
  • application de crème auto bronzante dans les 15 jours précédents la séance
  • dermatose photo aggravée ou photo déclenchée ( lupus …)
  • prise d'isotretinoine per os (Roaccutane, Procuta …) dans les 6 mois précédents la première séance .
  • prise de médicaments responsables d ' hirsutisme :
    -sterilet Mirena
    -Duphaston, Lutenil, Trinordiol
    -neuroleptique ....

Haut de page

 

Méthode

1 - Avant les séances

  • pas d’UV les 15 jours qui précèdent
  • pas application de crème auto bronzante dans les 15 jours précédents la séance
  • pas d'épilation par arrachage dans les 6 semaines précédentes (cire, pince, rasage électrique), par contre l’utilisation de crème dépilatoire ou le ciseau qui laisse la tige pilaire dans le follicule est possible.
  • un rasage au rasoir mécanique doit être réalisé 2 jours avant chaque séance

Un test est parfois réalisé quelques semaines avant pour les raisons suivantes :

  • doute sur l’efficacité du traitement à cause d’une pathologie hormonale associée
  • doute sur un bronzage
  • poils clairs
  • pour optimiser le choix des paramètres
 

2 - Type d'anesthésie

Certaines petites surfaces comme le menton, lèvre blanche supérieure, les aisselles, les bords maillots peuvent bénéficier d’une anesthésie de contact préalable avec la crème EMLA que l’on applique 1 heure avant la séance sous occlusion (pansement imperméable ou film alimentaire) ou sans occlusion si la zone anatomique à traiter n'est pas compatible avec un pansement.

 

3 - Déroulement des séances

Le traitement sera réalisé au cabinet. 
Le patient porte des lunettes de protection oculaire.
Un gel est parfois appliqué sur la zone à traiter. 
La surface traitée doit être propre et préalablement rasée (si possible 2 jours avant pour que la peau ne soit pas irritée et que l’émergence des poils soit visualisée). 
Une tête de traitement refroidie est placé au contact de la peau et émet l’impulsion lumineuse. Une sensation de picotement, de coup d’élastique ou de brûlure très brève est ressentie. 
L’effet recherché est une atteinte des poils qui frisent et coagulent avec formation de petites zones d’œdème ressemblant à des parfois piqûres d’orties.

 

Haut de page

 

Suites

1 - Conseils après la séance

Application de crème réparatrive pendant 7 jours puis reprise des soins. 
Photoprotection externe pendant 2 mois si zones photoexposées.
 

2 - Effets indésirables

Immédiatement et dans les minutes qui suivent chaque tir : la zone épilée peut présenter :

  • Rougeurs pendant 4 à 8 jours, ces dernières pour le visage pouvant être maquillées à partir du 3° ou du 4° jour
  • Oedèmes dès la fin de la séance pendant 2 à 6 jours, 3 jours en moyenne la plupart du temps
  • croutelles
 

3 - Résultats

Les poils en phase anagène (phase de croissance) sont les plus sensibles au rayonnement laser car ils sont à cette phase plus riches en mélanine et plus haut situés dans la peau ; mais ils ne représentent que 20 à 70 % des poils dans une zone donnée à un temps donné. Pour obtenir de bons résultats, il faut donc répéter les séances en les espaçant pour traiter tous les poils sur un cycle pilaire entier. 
En général on traite les patients toutes les 4 à 10 semaines en fonction des zones ; le nombre total de séances dépend de la couleur de la peau, de la zone à traiter et du laser utilisé. On peut sans prendre trop de risque estimer qu’ avec 3 séances , on peut obtenir 70 % de réduction pilaire et un ralentissement de la vitesse de repousse, après 6 à 7 séances 90 % de réduction ; il faut parfois prévoir ensuite des séances d'entretien qui vont s'espacer avec le temps du fait de la réduction du capital pileux. 
Enfin les résultats sont plus longs à obtenir et moins parfaits si les femmes présentent un excès d’hormones masculines et à fortiori non traité.

 

    

 

4 - Imperfections de résultats

        

Dans une même zone tous les poils ne sont pas à la même phase ni implantés de manière homogène à la même profondeur. IIs suivent chacun séparément leur cycle pilaire ce qui explique que le laser ne pourra pas tous les détruire en une séance. 

II persistera à la fin des séances des poils duveteux qu’il faudra accepter, le laser n’aura plus d’efficacité à ce stade du poil. 

        

 

Les actes à visées esthétiques ont pour objectif de rendre plus heureux (se) et de vous satisfaire dans des proportions réalistes. Il arrive cependant parfois que l’effet ainsi escompté ne soit pas atteint et que ces actes augmentent au contraire des troubles psychologiques pré-existants. Le vécu post-laser peut être extrêmement différent d’un patient à l’autre, et ce même avec un résultat esthétique comparable.

Haut de page

 

Complications

  • Croûtes
  • Surinfection et cicatrice si grattage des croûtes
  • Séquelles pigmentaires : hypopigmentation (décoloration de la peau), hyperpigmentation (coloration brune de la peau)
  • Ces complications sont essentiellement rencontrées si les soins post laser ne sont pas respectés ; la plupart des séquelles pigmentaires sont passagères et plus souvent rencontrées chez les sujets à peau mate, en sachant que le laser YAG est pratiquement le seul Laser à pouvoir être utilisé chez le patient à peau mate ou noire.
  • Echec du traitement : à ce jour, pour des raisons inexpliquées, 10 % des patients n'ont pas de réduction pilaire significative.
  • Stimulation paradoxale de la pousse de poils (rare) ; origine hormonale probable, nécessitant un nombre de séances plus important ; les facteurs de risque de cette complication sont les patients jeunes, la nuque chez la femme et la barbe (joues) chez l'homme.

Au total, il ne faut pas surévaluer les risques, mais simplement prendre conscience que tout traitement laser comporte toujours une petite part d’aléas.

Haut de page

 

Autres indications du Laser YAG

  • Varicosités des membres inférieurs
  • Télangiectasies du visage
  • Photoremodelage en association avec le Laser KTP : stimulation du collagène et éclat de la peau

Haut de page

 

Coût

Les prix varient selon la surface à traiter et donc du temps passé ; ils feront l’objet d'un devis établi lors de la consultation initiale ; la fourchette des tarifs est de 50 à 300 euros en général. 

II s'agit d'un acte à visée esthétique : l'intervention, les prescriptions, les éventuels jours d'arrêt ne pourront être pris en charge par l'assurance maladie.

 

Haut de page

 
image

 © Copyright 2018 CABINET DE DERMATOLOGIE LASER ET ESTHETIQUE Tous Droits Réservés
plan du site
Devis site Internet